top of page

Galerie Joëlle Calembert (en préparation)

Dernière mise à jour : 12 janv.

Pour les agrandir, veuillez cliquer dans les images :


01. Green (1974)

02. Sans titre (1974)

03. Abandon (1975)

04. L'Accident (1976)

05. Les Fleurs du Mal (1976)

06. Face à la Mer (1977)

07. La Digue (1977)

08. Les Parapluies (1978)

09. Autobahn (1979)

10. L'Attente (1980)

11. Départ (1981)

12. Au Téléphone (1982)

13. Métro (1983)

14. La Leçon de Piano (1993)

15. Bouillon de Culture (1994)

16. La Veste orange (1994)

17. Entre Ciel et Terre (1998)

18. Pochette de disque du bassiste Reggie Washington (2018)




L'avis de Pierre Wolfcarius au sujet du plus ancien tableau présenté (Green) : "Un terrain de golf désert ... un paysage relevant d’un quotidien tout ce qu’il y a de plus banal, apparemment ... je ne peux pourtant pas me défaire d’un sentiment d’attente, de vague mystère, comme s’il s’agissait plutôt d’une image tirée d’un film comme Blow-up ... mais ce qui est représenté compte moins que ce qui est capté : le silence, l’espace, une sensation de désolation. La manière est aussi originale que le sujet ; on parle souvent de la petite touche de certains peintres : on parle moins souvent de la technique utilisée ici, où l’huile est appliquée par longues et larges traînées montrant le passage du pinceau, donnant l’impression d’une peau de bête qu’on vient de brosser, technique qui, sans compromettre la lumière, souligne matière et gestualité, technique enfin que Max Liebermann fut sans doute le premier, dès la fin du XIXe siècle, à pratiquer systématiquement." (extrait d'un catalogue de Cornette de Saint-Cyr, Bruxelles)



Plus généralement, d'après Jacques Stiennon : "Joëlle Calembert est sans doute une des femmes-peintres les plus douées de sa génération. Son rêve mouillé de pluie caresse le dur asphalte des autoroutes, dilue les parapluies noirs sur les digues traversées d'embruns, fige les promeneurs, pensifs dans l'anonymat du brouillard. Mais c'est un oeil d'artiste lucide et intransigeante qui pénètre profondément là où sa méditation voudrait s'arrêter pour envelopper les choses." (La Wallonie, Le Pays et les Hommes, tome 3, 4ème partie, Les Arts, lien ci-dessous et, plus tard dans celle galerie : Autobahn, Les Parapluies etc)




Selon le Dictionnaire Piron : "Calembert, Joëlle (Liège 1947). Peintre, dessinatrice. Formation à l'Académie de Liège (1964-1970). Crée surtout des paysages (...) qui baignent dans une atmosphère tendre et voilée, et des scènes de genre, des intérieurs avec figures, pour lesquels elle puise son inspiration dans la vie quotidienne. Palette impressionniste. Dans la Presse : "Chaque tableau est un instantané de sa vie, qui peut être aussi bien vécu que rêvé."


239 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page