Jehan de Eyck (Chêne), La Vierge d'Autun

Mis à jour : sept. 17

"...(...) le paysage humaniste est né dans la vallée de la Meuse, ce fleuve "délicieux" dont, poétise le romaniste flamand Van Mander en parlant de Jean van Eyck, "les rives se sont illuminées d'un tel éclat que l'Italie, terre des arts, en a été éblouie." (d'après Paul Caso, Le Soir illustré du 13/12/1956, cité par l'expert liégeois Joseph Philippe).


"Comme les frères de Limbourg, Jean van Eyck est un peintre de cour, le valet de chambre d'un duc. Et s'il lui arrive d'exécuter les commandes des hommes d'affaires, ceux-ci sont comme lui au service d'un prince et se targuent d'appartenir à sa maison. Ils imitent les goûts de leur maître. Pour que l'art flamand jusqu'ici provincial vînt se poster brusquement sur le front avancé des conquêtes picturales, il fallut que ceux des princes des fleurs de lys qui avaient hérité la gloire et la fortune des rois de France, les ducs de Bourgogne, établissent en Flandre leur puissance, y tinssent leur cour et rassemblassent là les meilleurs artistes qui n'avaient plus d'emploi à Paris." Georges Duby, Le Temps des Cathédrales, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade 2019, page 602


"(...) la vieille cité des Princes-Eveques est évoquée tout à la fois avec une telle poésie et un esprit de vérité et de vie si évocateur que l'on est porté à en déduire ceci : il ne peut s'agir dans ce tableau d'une ville où l'artiste ne fit que passer et qu'il regarda distraitement, mais au contraire d'un pays aimé, qu'il connaissait admirablement et comprenait mieux que tout autre." L'historien Henrotte, cité par Joseph Philippe, Van Eyck et la Genèse mosane de la Peinture des Anciens Pays-Bas, Imprimerie Bénard, Liège 1960, page 61



http://www.chokier.com/FILES/ICONOGRAPHIE/Icono-1435-VanEyck.html?fbclid=IwAR0x-RbF2t8tuNycyc1mtxowj-KD5aQxuD1ftbjpfQCzbQFL7iFRlssHZZY


https://wordpress.com/read/feeds/83265469/posts/2572626142

 
  • Facebook
  • LinkedIn

©2018 by MES CIMAISES. Proudly created with Wix.com