Anonyme, La Nichée, illustration d'un livret de la Maison Halleux, 27 Rue Saint-Gilles à Liège

Mis à jour : mai 31

https://wa.wikipedia.org/wiki/Lucien_Maubeuge



Li Niyêye (La Nichée), chanson de Lucien Maubeuge


Arrangement musical de René Vivegnis, d'après une partition de la Maison Joseph Halleux, anciennement 27 rue Saint-Gilles à Liège


Traduction par Corneille Bastjaens


On djoû, li p'tit Jan-Pière Trova st-on nid d'oûhês Catchî d'vins dès lières. I fout tot djoyeûs Dè vèy qu'i n'aveût Qwate djônes dès pus vigreûs.


Un jour le petit Jean-Pierre Trouva un nid d'oiseaux Caché dans des lierres. Il fut tout heureux De voir qu'il y avait Quatre jeunes des plus vigoureux.


Po rinde si djôye ètîre Li gamin prinda l'nid Pol l'mète è s'volîre. Coula fait, l'capon Pinda cisse prîhon Ad'lez l'ouhe di s'pègnon.


Pour son plus grand plaisir Le gamin s'empara du nid Afin de le mettre dans sa volière. Ce fait, le garnement Pendit cette prison Près de la porte de sa maison.


On vèya 'ne drole d'afaire : Pére èt mére dè niyâ Ni târdjît sûr wère D'apwèrter todi Li bètchèye âs p'tits, Sogne dèl zè vèy mori.


On vit un drôle de manège : Père et mère des oisillons Ne tardaient jamais D'apporter sans relâche La becquée aux petits, Peur de les voir mourir.


Coula dura 'ne hapêye Si bin qu'lès djônes volît. Qwand, ine matinèye, Li gamin hapa D'on seûl côp d'hèrna Leû mame èt leû papa.


Cela dura un certain temps Et déjà les jeunes voletaient. Quand, un matin Le gamin attrapa D'un seul coup de filet Leurs père et mère.


I lî v'na st-è l'îdèye Dè lacher tos lès p'tits, Pinsant qu'frît parèye, Parèye qui lès vîs Què l's-avît sognîs Sins mây èl zè roûvî.


Il eut l'idée De lâcher tous les petits, Supposant qu'ils feraient de même, De même que les vieux Qui avaient pris soin d'eux Sans jamais les oublier.


Mins lès djônes dèl niyêye Co jamây' n'ont riv'nou Fé 'ne pitite toûrnêye Po r'vèy leûs parints Qu'ârît morou d'faim Sins lès s'cours dè gamin.


Mais les jeunes de la nichée Jamais ne sont revenus, Même faire un petit tour Pour revoir leurs parents Qui seraient morts de faim Sans l'aide du gamin.


Amon lès djins, c'èst l'minme. On s'sacrifèye voltî Pol l's-èfants qu'on inme Et, po vos binfaits, Sovint lès djônès Fèt com lès p'tits oûhès.


Chez les gens c'est pareil. On se sacrifie volontiers Pour les enfants qu'on aime Et pour tout merci, Souvent les jeunets Font comme les petits oiseaux.


https://wa.wikipedia.org/wiki/Lucien_Maubeuge


https://www.bastjaens.com/post/petite-anthologie-du-wallon-liégeois

54 vues1 commentaire
 
  • Facebook
  • LinkedIn

©2018 by MES CIMAISES. Proudly created with Wix.com